De la bonne utilisation des MOOCS

Si les MOOCS ne sont pas encore reconnus par les entreprises comme étant une « réelle » formation sanctionnée par un diplôme, cette forme d’apprentissage peut cependant venir en complément des études universitaires. Ils peuvent par exemple servir à découvrir une discipline ou un point particulier dans celle-ci, et de ce fait contribuer au travail universitaire, aussi bien pour les étudiants que pour les enseignants. Il faut toutefois se méfier des MOOCS qui ne sont en fait que des publicités déguisées. Ainsi les entretiens d’artistes sont-ils sans aucun intérêt, car il n’y a aucune théorisation. Il y a en fait très peu d’artistes qui sont en même temps des théoriciens.

Nous vous proposons donc deux annuaires des MOOCS francophones à ces adresses: http://www.annuaire-mooc.fr/#, http://mooc-francophone.com/liste-mooc-en-francais/ dans lesquels vous trouverez le meilleur comme le pire. C’est à vous d’exercer votre esprit critique sur ce qui est ou non de la publicité maquillée en connaissances ou bien encore de la simple vulgarisation. D’autre part les informations diffusées sur les MOOCS sont « minimalistes ». Ainsi suivre plusieurs dizaines de MOOCS n’équivaut même pas à une année d’études universitaires suivie en présentiel. Le MOOC est « le goutte-à-goutte » de la connaissance. Aussi un MOOC ne peut-il pas remplacer les milliers d’heures de cours d’un parcours universitaire.

Par ailleurs voici deux sites qui vous permettront de vous tenir informé sur la recherche scientifique: Canal U et le CNRS.

Etude de l’INSERM sur l’impact de la télévision sur les enfants

 

Voici résumé en deux séries de dessins l’impact de la télévision sur les enfants. Il y a de quoi s’inquiéter… Quant aux individus adultes qui regardent la télévision environ quatre heures par jour, on peut imaginer ce que cela produit sur leur psychisme.